#Afrique

Je divorce du féminisme

La marche des salopes. CC Marianne Fenon (flickr.com)

  Je jette l’éponge. Je ne veux plus être, ni afro-féministe, ni féministe tout court. Oui c’est aussi simple que ça. Entendons nous bien, je n’abandonne pas mon militantisme en faveur de meilleures conditions de vie pour mes congénères. Après réflexion, je prends seulement mes distances (et mon indépendance) avec le qualificatif « féministe » qui devient on ne peut plus lourd à porter. Explications.

Quel verdict pour Blaise ?

Crédit Photo : Graham Holliday, Rwanda vs Burkina Faso

Comme je le disais dans un tweet récemment publié, il flotte les amis… il flotte, il flotte comme un parfum de printemps Burkinabé dans les airs. Eh oui, doux parfum de la liberté et du divorce d’un mariage dont on n’en pouvait plus. Un mariage où se sont mêlés infidélités, brutalités, tromperies et mensonges pour ne citer que ces vices! Chers amis c’est l’heure de l’insubordination ! du refus de la prétendue autorité! C’est l’instant T de la délivrance! Maintenant qu’on est en plein dedans (comme on dit chez moi) et qu’on a mis les deux pieds joints dans le […]

Entretien avec Binta, CEO of Binta Sagale Inc. Une self-made qui se donne les moyens de ses ambitions!

Avoir la vingtaine environ et être à la tête d’une entreprise qui marche comme sur des roulettes semble être un exploit pour vous ? Et même quasiment impossible ? Eh bien détrompez-vous puisque la jeune Binta en est un exemple vivant… Posez là vos idées pré-conçues ainsi que vos préjugés et suivez-moi à la rencontre de Mlle Diallo, la seconde entrepreneuse dans l’industrie du vêtement que j’ai eu à interviewer à l’occasion de la sortie de sa dernière collection : The Little Girl Dream. Histoire qu’elle nous donne sa recette à elle d’un entrepreneuriat gagnant.

En Afrique, le système de castes persiste et signe!

Nous le pensions révolu et pourtant il demeure plus que jamais ancré dans le profond subconscient des anciens. Les vieilles habitudes ont la peau dure. Cependant on est loin de le percevoir à l’œil nu, pour pouvoir toucher du doigt ce phénomène de société il faut aller à la rencontre des séniors, les fréquenter et côtoyer leurs idées. Ou pour aller plus vite, mariez-vous tiens! La première chose que l’on vous demandera après que vous ayez présenté votre bien-aimé(e) sera son nom de famille, son village d’origine, en un mot sa lignée. Cela vous semble anodin et parfaitement normal? Après […]

La jeune diaspora africaine et la consommation ostentatoire (suite et fin)

https://www.flickr.com/photos/24158634@N06/2293457550/in/photolist-96HyjU-Pb3HA-4uEz2y-5YSGyc-9R9qoF-eH2395-4ppUbg-feVGU7-aJhbyi-zS8xX-e2RKiT-8vCBMh-Aaj1z-5VFUVf-Pbywg-4Cn4LQ-e2XqKu-2nMSt8-7CMwZS-9XZHa6-GMUdo-9Y3Bv5-dT3Jaf-K6DGk-8R9Xye-6CKTxK-Aanxj-8wFNX6-K9Zr2-8Sw8TN-aMgi5a-8Sw9b5-8Sw8Bs-8St4g2-34ycRo-e2ZxMw-Gwj86-a7hQrF-a7kGo7-a7kGjS-5Acqts-aFh7tH-Aaq2N-a7hQkB-a7kGhj-aYpvpn-cKgSMy-GArz2-e2RLAX-e6tDmVGucci Shop in Wien. Crédit : pbr10021

La première impression que j’ai eu en achevant mes interviews était que les sondés s’étaient plutôt montré amicaux, c’est peut-être en raison de mon jeune âge. Je crois qu’ils ont plus vu en moi une petite fouine curieuse de leur génération qu’une sociologue adulte et focus sur une méthodologie rigide. Tant mieux me dis-je, l’important n’est-il pas de récolter le maximum de réponses après tout ? Je n’ai donc pas eu de problème majeur lors de la réalisation, tous les étudiants que j’ai abordé étant environ de mon âge.

La jeune diaspora africaine et la consommation ostentatoire

Crédit Photo: Scarletgreen

Je ne saurai vous dire si le phénomène sociologique dont on parlera ici touche toute la panoplie de jeunes étudiants (le plus souvent africains il faut le dire) qui se sont expatriés pour continuer leurs études… Mais il y a tout de même une bonne partie qui passe à la trappe. De quoi parlons-nous ? De ce besoin, absolu vous vous en rendrez compte au fil des lignes, de P.A.R.A.I.T.R.E.

« Je te tiens par le bout de mon Baya »

Si tu es africaine et surtout venant de l’ouest du continent comme moi, tu en as certainement déjà entendu parler. De ces petites chaînettes et colliers de perles que beaucoup de nos sœurs attachent autour de la taille. Hum … Une merveille de féminité !