Enquêtes

La jeune diaspora africaine et la consommation ostentatoire (suite et fin)

https://www.flickr.com/photos/24158634@N06/2293457550/in/photolist-96HyjU-Pb3HA-4uEz2y-5YSGyc-9R9qoF-eH2395-4ppUbg-feVGU7-aJhbyi-zS8xX-e2RKiT-8vCBMh-Aaj1z-5VFUVf-Pbywg-4Cn4LQ-e2XqKu-2nMSt8-7CMwZS-9XZHa6-GMUdo-9Y3Bv5-dT3Jaf-K6DGk-8R9Xye-6CKTxK-Aanxj-8wFNX6-K9Zr2-8Sw8TN-aMgi5a-8Sw9b5-8Sw8Bs-8St4g2-34ycRo-e2ZxMw-Gwj86-a7hQrF-a7kGo7-a7kGjS-5Acqts-aFh7tH-Aaq2N-a7hQkB-a7kGhj-aYpvpn-cKgSMy-GArz2-e2RLAX-e6tDmVGucci Shop in Wien. Crédit : pbr10021

La première impression que j’ai eu en achevant mes interviews était que les sondés s’étaient plutôt montré amicaux, c’est peut-être en raison de mon jeune âge. Je crois qu’ils ont plus vu en moi une petite fouine curieuse de leur génération qu’une sociologue adulte et focus sur une méthodologie rigide. Tant mieux me dis-je, l’important n’est-il pas de récolter le maximum de réponses après tout ? Je n’ai donc pas eu de problème majeur lors de la réalisation, tous les étudiants que j’ai abordé étant environ de mon âge.

La jeune diaspora africaine et la consommation ostentatoire

Crédit Photo: Scarletgreen

Je ne saurai vous dire si le phénomène sociologique dont on parlera ici touche toute la panoplie de jeunes étudiants (le plus souvent africains il faut le dire) qui se sont expatriés pour continuer leurs études… Mais il y a tout de même une bonne partie qui passe à la trappe. De quoi parlons-nous ? De ce besoin, absolu vous vous en rendrez compte au fil des lignes, de P.A.R.A.I.T.R.E.