J’aurais aimé être là

bibi

En quelques secondes tout bascula, tout se joua. Elle ne serait plus là, sœur tant aimée, tant chérie. Damnée. Le destin imprévisible, ignoble et parfois tellement cruel l’avait arrachée à moi, m’avait arraché une vie débordante de joie et de gaieté.

Ô Divinité, pourquoi fallut-il qu’elle eusse ce vertige au moment précis où ce train passait ?

J’aurais aimé être là, être là pour elle.

Ce fantastique tic qu’elle avait de hausser les sourcils à chaque parole me hante dans toutes mes pensées, les rendant opaques, obscures.

J’aurais aimé être là, être là pour elle.

Étudiante et travailleuse, ton modeste rêve était de devenir infirmière pour aider un frère qui n’avait plus de repère que toi.

J’aurais aimé savoir ce à quoi tu pensais quand cette après-midi tu t’affalas sur ces rails glacés. J’aurais aimé te saisir, panser tes blessures quotidiennes, extraire toute cette angoisse qui avec perfidie t’avait lentement envahie, traîtresse. J’aurais aimé embrasser ton corps, tes seins, tes lèvres doucement pour qu’ils ne soient point ensanglantés.

Et puis plus RIEN

– La mélodie d’un téléphone

La seconde de TROP

– L‘éphémérité d’un souffle

Tu n’étais plus là

J’entendis les paroles fatidiques : la mort, la mort en elle-même t’avais prise, volée à nous. Amoureuse des belles âmes.

2 Commentaires

  1. Émouvant , cetais une bonne amie a une de mes connaissance , sa mort ma tellement débecter j’ai également eu une pensée pour son frère avec qui elle étais très proche , repose en paix

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *